Crowdin

Les Cantines du Sourire

Prendre 80 enfants par la main et espérer les aider à devenir des citoyens !

Campagne Infructueuse

105,00€ Collecté sur 3.850,00 €

4 Contributeurs
0 Jours restants

2%

Les contributions seront collectées jusqu'au 19 décembre 2014


Description de projet

Les Cantines du Sourire ont pour objectif de financer les petits déjeuners de trois classes d’enfants de trois à six ans d’une école de Saint-Louis au Sénégal. Financer les petits déjeuners des écoliers permet à la fois de lutter contre la malnutrition ma

Porteur de projet

Rue Babacar Seye,
Saint-Louis,
Senegal

don Non-marchand et social

A propos du projet


LES CANTINES DU SOURIRE

Prendre 80 enfants par la main et espérer pouvoir les aider à devenir des citoyens ! Voilà pourquoi nous avons besoin de vous, de votre appui.

Je m’appelle Mr Jos, j’ai 77 ans, âge limite pour lire Tintin paraît-il. Économiste et sociologue de formation (ULB), je suis retraité, je vis 8 mois par an au Sénégal où je participe activement à l’animation d’une Fondation d’intérêt public qui a pris le nom d’Henri Jay, un personnage que nous allons vous décrire.

Les Cantines du Sourire

Les Cantines du Sourire ont pour objectif de financer les petits déjeuners de trois classes d’enfants de trois à six ans d’une école de Saint-Louis au Sénégal. Financer les petits déjeuners des écoliers permet à la fois de lutter contre la malnutrition mais aussi contre l’absentéisme. Beaucoup d’enfants sénégalais ne mangent qu’un repas par jour.

Les Cantines du Sourire

L’idée, c’est d’offrir un repas sous forme de petit déjeuner équilibré (Pain + beurre ou confiture + lait + 1 fruit) aux élèves des écoles des quartiers les plus pauvres, car le constat dressé était que, soit les enfants venaient à l’école le ventre vide et n’apprenaient pas, soit ne venaient pas, sachant qu’ils n’auraient rien à manger. Comme l’a démontré notre première expérience pilote en 2013, avec la promesse d’un repas, les élèves affluent à nouveau et peuvent être plus attentifs et performants une fois le ventre rempli.

Les Cantines du Sourire

Prendre un enfant par la main dès la maternelle est un geste du cœur, le faire pour toute une école est une gageure citoyenne, surtout lorsque cette école est située dans le quartier comprenant le plus de poches d’extrême pauvreté de toute la ville.

Les Cantines du Sourire

C’est ce que nous faisons. Il s’agit aujourd’hui de pérenniser notre action et, peut-être, grâce à vous, d’élargir l’action. Depuis 35 ans, Liège est jumelée à la ville de Saint-Louis. Voici une belle occasion de concrétiser ce statut de villes sœurs.

Pourquoi avons-nous besoin de vous ?

D’abord, pour récolter ce montant : 3 850 euros : si votre soutien permet d’atteindre cet objectif (qui comprend la commission de Crowd’in de 7%), 12 000 repas au prix de revient local de 0,30 euro par enfant pourront être distribués, soit un an de petits déjeuners pour les enfants de trois classes. Autrement dit, on assure leur scolarité pour un an. Nous avons fixé un premier objectif plus rapidement réalisable à 2 500 euros car celui-ci nous permettrait de partir et déployer notre programme en finançant les repas d’une première partie de l’année. Il est évident que nous souhaitons idéalement atteindre 3 850 euros grâce à vos dons, afin de financer l’entièreté des petits déjeuners sur une année.

Et si nous dépassons ce montant, nous pourrons nourrir plus d’enfants. De façon globale, plus nous aurons de sous, plus nous pourrons étendre notre action, l’objectif le plus ambitieux du projet étant d’arriver à terme à 500 000 petits déjeuners par an.

Nous vivons, mon épouse et moi, à Saint-Louis, ancienne capitale du Sénégal, mais aussi de l’Afrique Occidentale Française, cité déclarée Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO et jumelée avec Lille, Fès et Liège. La Population de Saint-Louis est pauvre et très jeune (en 2013, la moitié des habitants du pays a moins de 18 ans). Ce nombre particulièrement élevé d’enfants, associé à la pauvreté des parents, a pour conséquence l’apparition d’un nombre croissant d’enfants livrés à eux-mêmes qui, comme ils n’ont pas à manger à l’école, se retrouvent dans la rue, le plus souvent à mendier. D’autres sont confiés par leurs parents à des Marabouts ou Maîtres coraniques et envoyés dans des Daaras, écoles coraniques. Le problème étant que ces Marabouts exploitent bien souvent les enfants pour leur propre profit, en les forçant à toutes sortes de travaux ou en les envoyant mendier dans la rue pour leur compte. Il s’agit d’un réel problème de société au Sénégal. Dans un tel contexte, la scolarisation est particulièrement faible, ce qui pose question quant à l’avenir du pays à court et long terme.

Certains regards d’enfants nous ont poussés à choisir une école maternelle à soutenir, dans le quartier de la ville où il y a le plus de foyers d’extrême pauvreté.

La fondation Henri Jay a lancé un premier programme test en 2013, avec pour objectif la scolarisation des enfants. Rapidement, de généreux donateurs nous ont permis d’en financer le premier volet nutrition (les petits déjeuners), encadrés par une équipe de bénévoles (un médecin saintlouisien, deux psychologues et une kiné belges, et une éducatrice spécialisée locale qui assument un programme de « prévention santé intégré .

Résultat, fin juin 2013, près de 5 000 petits déjeuners distribués, six enfants pris en charge par le médecin, un enfant suivi par les psychologues, l’absentéisme a presque disparu, et des réunions de sensibilisation du quartier et des parents ont été organisées. Fin juin 2014, nous avons fêté le 13000ème petit déjeuner.

Voilà le début de l’aventure à laquelle je vous convie pour la suite.

PARTICIPEZ A NOTRE PROJET ET DEVENEZ :

Les Cantines du Sourire

Mais qui était Henri Jay et en quoi consiste sa fondation ?

Henri Jay était un riche négociant né à Saint-Louis. Il a légué en 1897 trois immeubles à la ville de Saint-Louis de façon inaliénable. Les revenus de ceux-ci étaient affectés aux pauvres et aux aveugles et devaient permettre d’octroyer des bourses d’études en parts égales entre filles et garçons.

Depuis, la Ville gère les trois immeubles appelés globalement le “legs Henri Jay”. Afin de pérenniser les valeurs humanistes des légataires, le Conseil Municipal de Saint-Louis a créé, le 26 juin 2009, la Fondation Henri Jay, avec le Maire comme fondateur et un comité pour une gestion collégiale.

Les buts de la Fondation Henri Jay visent notamment la responsabilisation des parents et l’éradication de certaines causes de la pauvreté liées aux problèmes des femmes et des enfants. Dans ce cadre, la fondation va plus loin que l’héritage premier et son programme de bourses d’études : après une enquête de terrain, effectuée avec le Service Départemental d’Action Sociale de Saint-Louis, la Fondation a lancé un projet test dans un des quartiers de la Ville de Saint-Louis où il y a le plus de poches d’extrême pauvreté, Darou.

Il s’agit d’ un programme intégré de prévention santé décliné en trois volets :

- un volet Nutrition, dont un « Resto du Cœur » pour enfants, à savoir les Cantines du Sourire,
- un volet Santé physique et mentale,
- un volet pédagogique pour les enfants intégrant une sensibilisation à la citoyenneté et à l’environnement ainsi qu’une sensibilisation des parents et des habitants du quartier.

Le programme est encadré par des enseignants de l’école et l’équipe bénévole de la Fondation à savoir : un médecin généraliste, deux psychologues, un sociologue, une kinésithérapeute, une éducatrice spécialisée. Les enseignants, le Comité de gestion de la maternelle et les parents préparent les repas, à la Case des Tout-Petits de Darou, avec le soutien financier de la Fondation.

Retrouvez une information détaillée sur la Fondation Henri Jay, ses objectifs, son programme, notamment concernant les bourses d’études dans le document ci-joint.

Votre Navigateur n'est pas à jour

Dans le cadre de l'amélioration des technologie et de la sécurité, Microsoft ne supporte plus votre navigateur. Par conséquant, pour consulter ce site, vous devez mettre a jour Internet Explorer vers une version récente.